Le conventionnement territorial pour répondre à la désertification médicale- 29/11/2017

jeudi 30 novembre 2017

 

Le conventionnement territorial pour répondre à la désertification médicale

 

Le rapport de la Cour des comptes publié aujourd’hui fait état d’un creusement des inégalités sociales et territoriales en matière d’accès aux soins. Un constat que le groupe Nouvelle Gauche partage, déplore et contre lequel il propose d’agir.

 

Durant le précédent quinquennat, notre groupe et les gouvernements qu’il a soutenus se sont battus pour améliorer la couverture santé des Français : tiers-payant généralisé, complémentaire santé pour tous les salariés, protection universelle maladie, élargissement de l’accès à la CMU-C et à l’ACS. Par ailleurs, la prime à l’installation et la multiplication des maisons de santé ont constitué une première réponse à la désertification médicale.

 

Face à la difficulté à enrayer ce phénomène, il faut aujourd’hui aller plus loin. C’est pourquoi, dans la proposition de loi que nous déposerons ce vendredi 1er décembre, nous défendrons le principe du conventionnement territorial.

 

Concrètement, il reviendra aux autorités de santé d’autoriser le conventionnement avec l’assurance-maladie, ou de le refuser, au regard des besoins de la population d’un territoire.

 

Face au manque criant de médecins dans certains territoires, il est urgent de mobiliser l’ensemble des solutions possibles, en particulier celles qui ont déjà fait leurs preuves pour d’autres professions de santé à l’instar des pharmaciens.

 

 

Olivier Faure, président du groupe

Guillaume Garot & Stéphane Le Foll, co-auteurs de la proposition de loi visant à lutter contre la désertification médicale

 

 

 

RESEAUX SOCIAUX

Facebook