Olivier Faure – Le Gouvernement ne croit pas en l’avenir du ferroviaire

 

Le gouvernement vient de s’exprimer sur l’avenir de la SNCF. Là où nous étions en droit d’espérer une vision du service public ferroviaire, la seule annonce concrète vise à stigmatiser les cheminots en remettant en cause leur statut.

Comme pour la réforme du code du travail la méthode est celle du contournement du Parlement par le recours aux ordonnances. Comme hier pour les salariés du privé, la solution aux problèmes de la SNCF, c’est le moins disant social ! Au moins ce gouvernement a de la suite dans les idées sur le fond et sur la forme.

Sur la question majeure de la dette ferroviaire, aucune réponse si ce n’est « on verra à la fin du quinquennat ! » La vérité, c’est que la dette de SNCF réseau est le résultat des investissements nécessaires décidés par l’Etat et n’a aucun lien avec le statut des cheminots.

Sur l’avenir des petites lignes, que personne ne se réjouisse trop tôt. Le gouvernement a, à l’évidence, prévu d’abandonner la gestion de ces lignes aux régions qui n’ont pas les moyens de les maintenir. Il renvoie aux collectivités la responsabilité de décisions douloureuses qui découlent pourtant de ses choix.

Enfin ce gouvernement montre qu’il ne croit pas à l’avenir du ferroviaire. Le rapport Spinetta marque une rupture brutale avec le report modal, feuille de route de tous les gouvernements depuis le Grenelle de l’environnement. Cette vision comptable est en contradiction complète avec les engagements de la France dans la lutte contre le réchauffement climatique qui suppose une volonté politique et des moyens pour le développement du ferroviaire.

Sur l’ensemble de ces points, nous affronterons la vision idéologique du gouvernement. La promesse d’Emmanuel Macron était celle d’un nouveau monde. Sur le ferroviaire chacun comprendra désormais que le projet date de 1995 et que le Premier Ministre avance « droit dans les bottes » de son lointain prédécesseur Alain Juppé.

________________________________________

Olivier Faure, président du groupe Nouvelle Gauche à l’Assemblée nationale – 26/02/201

Accessibilité