Réforme des retraites – Imprécisions et injustices

Plus d’un million de personnes se sont retrouvées ce jeudi 5 décembre dans des cortèges organisés par les forces syndicales dans toute la France. Les députés socialistes et apparentés étaient mobilisés aux côtés des Françaises et des Français car c’est notre place d’être avec celles et ceux qui défendent notre modèle social.

 

Le Gouvernement dit vouloir réformer les retraites : qui dit réforme nécessite sérieux et précision. Or ce ne sont que des cafouillages et des imprécisions, ce qui est inacceptable pour un sujet qui concerne tous nos concitoyens. Particulièrement sur quatre points. Depuis plusieurs mois, le gouvernement refuse de lever le flou sur plusieurs sujets.

  • Les mesures d’économies. Le gouvernement prétend que notre système de retraites au bord de l’effondrement et qu’il y a urgence à demander des sacrifices supplémentaires aux Français. Nous le contestons. Rien n’impose un report de l’âge légal de départ à la retraites à 64 ans déguisé sous forme « d’âge pivot ».
  • L’absence de garantie sur la valeur du point. Avoir des points retraite ne signifiera pas dans le nouveau système avoir un niveau de retraite garanti, tout simplement parce que rien ne garantit la valeur du point. Ceci n’est pas acceptable.
  • La perte de pouvoir d’achat pour les enseignants. Ces derniers perdront au minimum 300 euros par mois. Le ministre de l’éducation dit vouloir augmenter les salaires pour opérer un rattrapage mais à ce stade ce ne sont que des déclarations qui n’engagent que lui et qui n’ont pas le début d’un commencement de concrétisation.
  • La perte de pouvoir d’achat pour les infirmières libérales, les avocats et de manière générale toutes les professions libérales. Le nouveau système proposé par le Gouvernement va quasiment doubler le niveau de cotisation retraite payée par ces professions. Ceci est inacceptable et intenable économiquement.

 

Les nombreux perdants. Le Gouvernement veut une réforme en gardant constant le montant total des pensions. Vu qu’il veut ouvrir des droits nouveaux, ceci suppose donc qu’il va réduire les droits de certains. En plus de ceux cités ci-dessous, qui seront ces perdants ? Le gouvernement refuse de répondre.

Accessibilité