Face à cette épidémie de coronavirus, nous devons plus que jamais nous serrer les coudes

Crise du coronavirus : les annonces du Président de la République vont dans le bon sens et sont indispensables

Comme beaucoup d’entre vous, j’ai écouté jeudi soir l’intervention du Président de la République et suis d’accord avec les mesures qu’il a annoncées : fermeture des crèches, écoles, collèges, lycées et universités ; incitation à rester chez soi pour les personnes de plus de 70 ans ; déprogrammation des interventions non urgentes à l’hôpital. J’ai bien conscience que cela complique la vie quotidienne mais il est de notre responsabilité collective de tout faire pour stopper la progression du coronavirus. Je prendrai contact ce jour avec l’inspection académique pour la mise en œuvre pratique des décisions annoncées : possibilité de cours en ligne pour les plus grands? Solution de garde ?

Cette épidémie aura des conséquences économiques négatives pour notre pays. Le Président a annoncé des mesures pour les entreprises : je souhaite que nous puissions en avoir rapidement le mode d’emploi car pour l’heure les annonces ne sont pas assez précises. Concernant la réforme du chômage mise en œuvre par le Gouvernement et sa majorité, j’en demande le retrait depuis le début tout simplement parce qu’elle pénalise les personnes les plus précaires. Le Président de la République semble reconnaître que, vu la crise que nous traversons, il faudra modifier cette réforme : ce changement de position me convient. Enfin, il a annoncé vouloir réfléchir à un changement de cap économique : je suis d’accord. Je n’ai jamais pensé que le modèle qu’il a toujours vanté de la « start-up nation » pouvait convenir à notre pays. J’ai toujours pensé qu’il fallait une articulation public / privé et qu’il fallait conserver de la production en France et en Europe, je l’ai d’ailleurs co-écrit dès 2010, avec Karine Berger, dans un livre en publiant une proposition globale de plan de relance avec 5 secteurs prioritaires : l’agriculture, le transport, l’énergie, l’industrie de la santé et le numérique.

Enfin, le Président de la République a rendu hommage aux soignants très mobilisés : c’est bien. Je souhaite qu’il puisse débloquer rapidement des moyens budgétaires suffisants, comme nous l’avions demandé dans le plan d’urgence pour l’hôpital que mon groupe a publié le 22 octobre 2019. Mercredi dernier, j’ai écrit au Premier Ministre pour lui demander des précisions sur les moyens, notamment en matériel dont pourront disposer les soignants qu’ils travaillent à l’hôpital ou en libéral.

Face à cette épidémie de coronavirus, nous devons plus que jamais nous serrer les coudes.

Accessibilité