Réforme des retraites, nos quatre lignes rouges

Le 17 décembre, comme le 5 et le 10 décembre, nous étions aux côtés des Français et de l’ensemble des forces syndicales mobilisées contre cette réforme des retraites du gouvernement.

 

Ces dernières semaines les Français se mobilisaient pour exprimer leurs craintes, ils se mobilisent désormais pour exprimer une certitude : cette réforme des retraites n’est pas juste, elle conduira à travailler plus et à une baisse généralisée des pensions comme l’a rappelé Joël Aviragnet, député de Haute-Garonne.

 

 

Pour les députés socialistes et apparentés, il y a quatre « lignes rouges » que le gouvernement a franchi.

Première ligne rouge : l’âge pivot

  • Dès 2022, cette réforme aura ses premiers effets négatifs : tous les Français devront travailler plus ou gagner moins. Avec l’âge pivot à 64 ans, les Français voulant partir à 62 ans ne toucheront plus une pension qui leur permettra de vivre dignement. C’est une manière déguisée de repousser l’âge légal à 64 ans ! Les Français qui ont commencé à travailler tôt seront les premières victimes de cette réforme !

Deuxième ligne rouge : la prise en compte de la pénibilité

  • Les Français exposés à des conditions de travail pénibles bénéficient de leur retraite moins longtemps que les autres sont les grands oubliés de la réforme. Il y a 13 ans de différence d’espérance de vie entre les 5% des Français les plus riches et les 5% les plus pauvres et le gouvernement propose seulement d’élargir à la fonction publique le compte pénibilité qu’il a dépecé en début de quinquennat comme l’a rappelé Régis Juanico, député de la Loire.

Troisième ligne rouge : la retraite des enseignants
  • Le gouvernement le reconnait lui-même, les enseignants seront les grands perdants de cette réforme des retraites ! Afin de limiter la baisse de leurs pensions, le gouvernement promet une négociation pour augmenter leurs rémunérations…Mais de combien et sous quelle forme ? Pour que le niveau de retraite reste le même, il faudrait les augmenter de 25%, soit entre 10 et 12 milliards d’euros comme l’a rappelé Valérie Rabault, députée de Tarn-et-Garonne.

 

Quatrième ligne rouge : la valeur du point
  • Le gouvernement promet que la loi interdira la baisse de la valeur du point. Mais cette année, en dépit de l’inscription dans la loi de deux règles fondamentales, celle de la compensation au budget de la sécurité sociale des exonérations de cotisations et celle de l’indexation des pensions sur l’inflation, le gouvernement et la majorité parlementaire n’ont respecté aucune des deux…Comment avoir confiance dans ce gouvernement qui a perdu la confiance des Français comme l’a rappelé Alain David lors des questions d’actualité.

Rien n’imposait cette réforme des retraites, rien n’impose cette précipitation du gouvernement alors que notre pays doit faire face à d’autres urgences sociales, comme dans les hôpitaux. Afin que les Français puissent profiter sereinement des fêtes de fin d’année, le gouvernement doit reprendre son projet.
Accessibilité